Baromètre Forfait Mobilités Durables : les résultats dévoilés !

Dans la catégorie News Via ID

Posté le 13 avril 2021

Temps de lecture minutes

Lancé par le Ministère en charge des Transports et l’ADEME, avec le soutien de France Mobilités et piloté par Via ID et Ekodev, le Baromètre Forfait Mobilités Durables dévoile ses résultats. L’objectif de cette démarche est de faire un état des lieux du déploiement du FMD auprès des employeurs français et d’identifier les leviers favorisant son développement, dans le contexte sanitaire exceptionnel que nous connaissons. 

 

 

Déploiement du Forfait Mobilités Durables : les motivations et les frein

20% des employeurs interrogés ont déployé le Forfait Mobilités Durables. Soit 209 organisations sur 1047 sondées. 

11% l’ont validé et vont le déployer dans les 6 prochains mois.

Le plafond moyen est de 400€ et 25% des organisations vont au-delà de ce montant.

La motivation principale au déploiement du forfait est l’incitation à l’usage de modes alternatifs à la voiture individuelle (78 %). Aussi, 71% déclarent l’avoir déployé pour valoriser les pratiques respectueuses de l’environnement déjà existantes et 62% pour répondre aux demandes des salariés.

 

Les employeurs ayant déployé le FMD n’ont rencontré aucune difficulté pour 37%, 23% ont eu des difficultés liées à la collecte de preuves et 18% un manque d’informations et de compréhension du sujet. On remarque que pour les employeurs de plus de 5 000 personnes des difficultés juridiques et législatives apparaissent pour 29% d’entre eux.

 

Les employeurs n’ayant pas encore déployé le FMD évoquent comme principaux freins : 

 

  • L’enveloppe budgétaire à allouer (35%)
  • Un projet jugé non prioritaire par la direction (32%)
  • Un manque d’utilité perçu (22%)

 

La crainte associée à une augmentation de la gestion RH représente un frein essentiel pour certains employeurs, notamment pour le suivi et la justification des pratiques et des montants. Bien que le Forfait Mobilité Durable soit établi sur l’ensemble du territoire, cette démarche est parfois perçue comme étant applicable uniquement par les employeurs situés dans les grandes agglomérations, le Forfait Mobilités Durables étant souvent associé au vélo.

« Je suis heureux de constater l’engouement pour le forfait mobilités durables, l’une des mesures phares de la loi d’orientation des mobilités. Au vu des premiers résultats du baromètre, les efforts en matière de communication et d’accompagnement des employeurs sont à poursuivre et à encourager. Je suis convaincu de l’opportunité qu’ont les employeurs à se saisir de ce dispositif, malgré le contexte sanitaire actuel et le recours massif au télétravail qui ne facilitent pas son effectivité immédiate dans certains secteurs d’activité. Le forfait mobilités durables est un dispositif innovant pour s’engager collectivement vers une mobilité plus durable.»

 

Marc Papinutti, directeur général des infrastructures, des transports et de la mer (MTE)

Un Forfait orienté autour du vélo et du covoiturage

 

Parmi les organisations de droit privé ayant déployé ou validé le Forfait Mobilités Durables : 

  • 93% l’ont ouvert au moins au vélo mécanique ou à assistance électrique personnel
  • 53% au covoiturage
  • 45% aux titres de transports en commun hors abonnements (achats de titres)
  • 41% aux engins de déplacement en location ou libre-service 
  • Et 31% à l’autopartage

Quelques employeurs (7%) ont également inclus la marche ou la trottinette personnelle, bien que cela ne soit pas inscrit dans le cadre légal du FMD. A noter, seules 16,6 % des organisations de droit privé ont ouvert le FMD à l’ensemble des modes éligibles et exonérés. 


Le plafond moyen octroyé par les organisations

Dans les organisations soumises au droit privé, le plafond moyen est de 400€ et 25% des organisations vont au-delà de ce montant. Il apparaît que pour les organisations privées de moins de 250 personnes, le plafond moyen accordé est de 452€ et pour les organisations privées de plus de 250 personnes de 214€.

 

La majorité des entreprises a décidé de verser le FMD pour le vélo et le covoiturage sous forme d’un montant forfaitaire conditionné à la pratique plutôt que pour le remboursement de dépenses sur présentation de justificatifs.


Un suivi limité du Forfait Mobilités Durables par les employeurs

82% des organisations utilisent l’attestation sur l’honneur comme justificatif pour faire valoir le FMD. Cela traduit d’une part, un fort niveau de confiance des organisations envers leurs collaborateurs souvent corrélé à la taille de l’organisation : plus elle est grande, plus les outils de collecte de preuves sont plébiscités. 

 

Une grande majorité des organisations suit l’utilisation du FMD au travers un outil interne (61%), 27% ne le suivent pas et seulement 3% passent par un gestionnaire externe. Le nombre de bénéficiaires est l’indicateur le plus suivi pour 82% des organisations.

 

Un besoin de communication et d’accompagnement sur le sujet

“Les résultats de ce baromètre soulignent la complexité pour les employeurs d’avoir une vision et une politique mobilité cohérente pour tous avec la multitude de dispositifs existants (transport en communs, flottes de vélos, FMD, exonération de TVS etc). Les accompagner, les former et communiquer sur le sujet nous semble primordial et en ce sens de nombreuses startups apportent déjà des solutions innovantes pour répondre à ces enjeux.« 

 

Léa Dégardin, responsable des affaires publiques et du développement durable de Via ID.

Le Baromètre Forfait Mobilités Durables révèle que les employeurs attendent davantage de communication sur le dispositif. Ils attendent également une clarification sur l’articulation entre les différents modes, notamment sur avec l’abonnement de transports en commun. 

 

Plusieurs employeurs du secteur privé, principalement en Ile-de-France, souhaiteraient que le plafond soit rehaussé pour être réellement cumulable avec les abonnements aux transports en commun et permettre l’intermodalité.

 

Il apparaît donc que la connaissance du Forfait Mobilités Durables des répondants soit présente mais bien souvent superficielle. Il en ressort un besoin d’accompagnement, de formation et de communication pour clarifier les modalités et les enjeux de cet outil au service d’une mobilité domicile-travail durable.

Regarder le replay de la révélation