Reparcar intègre le Moove Lab : vers une démocratisation de la pièce d’occasion chez les professionnels de la réparation automobile

Dans la catégorie News Via ID

Posté le 30 avril 2021

Temps de lecture minutes

Reparcar – la marketplace dédiée à la vente de pièces automobiles d’occasion, destinée aux particuliers et (bientôt) aux professionnels – fait partie des 10 startups ayant rejoint le 7ème batch du Moove Lab – programme d’accélération dédié aux projets la mobilité et de l’autotech, co-fondé par Via ID et le CNPA – avec pour objectif d’adapter son offre au marché B2B.

 

Reparcar : la marketplace des pièces de réemploi sûres et accessibles 

 

Co-fondée en mars 2017 par Stéphane Brault-Scaillet et Alexandre Gauthier – qui se sont rencontrés sur les bancs du collège, ayant depuis l’ambition commune de développer un projet à deux – Reparcar est une marketplace spécialisée dans la vente de pièces automobiles d’occasion de qualité, à destination des particuliers et des professionnels. L’objectif : simplifier l’accessibilité à la pièce de réemploi. 

 

Aujourd’hui, un véhicule qui a plus de 5 ans perd plus de 60% de sa valeur. Il n’y a alors pas d’intérêt d’y intégrer des pièces neuves :

“On souhaiterait que l’achat d’une pièce issue de l’économie circulaire soit aussi simple que l’achat d’une pièce neuve. Notre ambition est donc de concentrer, sur notre marketplace, l’offre de qualité des centres de déconstruction automobile français qui ont les moyens humains et matériels d’expédier une pièce d’occasion en 48h, dans toute la France.”

Stéphane Brault-Scaillet, co-fondateur

 

Un tiers de confiance, permettant à ses clients de se procurer des pièces de réemploi rapidement et sereinement. Des pièces qui sont contrôlées – par les déconstructeurs – et garanties au moins 6 mois. La startup a également mis en place un service client, ces derniers peuvent donc les joindre à tout moment et être accompagnés avant la vente, au moment du choix de la pièce, et après la vente sur des questions de livraison, d’expédition, etc. 

 

Comment leur est venue l’idée ? 

 

“En été 2016, j’ai dû changer les feux arrière de la voiture de mon père et je n’ai pas pu y arriver moi-même avec des pièces d’occasion. Ce qui a engendré une frustration et une envie d’entreprendre. C’est ce qui a mené à la création de Reparcar.” Stéphane Brault-Scaillet, co-fondateur. 

 

Dans l’optique de simplifier l’accès à la pièce de réemploi, Reparcar veut aussi apporter des outils digitaux qui permettent de faciliter cette recherche : “À la différence des plateformes existantes, nous ne présentons pas une exhaustivité de l’offre. En effet, nous proposons – grâce à notre algorithme – l’offre qui présentera le meilleur qualité-prix afin que le client puisse avoir une expérience utilisateur la plus performante possible.” 

 

La startup connaît une forte croissance liée au développement continu de l’économie circulaire dans tous secteurs confondus : “Il y a une réelle volonté de consommer de façon plus intelligente et à bas coup. Une pièce d’occasion automobile est 70% moins chère que le prix neuf constructeur pour un particulier. Pour un garagiste, c’est aussi  l’opportunité de fidéliser son client en lui permettant d’accéder à des offres moins chères et plus adaptées à ses besoins.”  

 

Le Moove Lab : en route vers le marché B2B ! 

 

Reparcar s’est d’abord attaqué au marché B2C, et souhaite maintenant aborder une cible professionnelle : “Le Moove Lab, c’est un accélérateur et aussi un réseau important. C’est l’opportunité pour nous caler notre produit en fonction des besoins du marché B2B existant et des professionnels de la réparation. Notre objectif en 2021 est de pouvoir trouver les meilleures solutions et de nous adapter au marché des professionnels pour que le réemploi puisse devenir la priorité.” Stéphane Brault-Scaillet, co-fondateur. 

 

La startup veut s’adapter aux professionnels de la réparation, faire connaître sa solution et mettre au profit des acteurs historiques des différentes branches de l’après-vente automobile son savoir-faire technologique pour développer l’économie circulaire : “On a atteint notre product market fit pour les particuliers, notre croissance est de plus de 20% par mois, on a pénétré le marché B2C tel qu’on l’espérait. Maintenant on souhaite apporter des solutions aux professionnels de la réparation. En effet, malgré la loi pour la transition énergétique de 2017 – dont le décret est sorti en avril 2019 – les garagistes ont toujours des difficultés à présenter des devis comprenant des pièces issues de l’économie circulaire.” 

 

En plus de son objectif de pénétrer le marché B2B dès 2021, Reparcar a également l’ambition de vendre à l’échelle européenne – aux particuliers et aux professionnels – en permettant à ses marchands d’expédier à l’étranger.

“Ce qu’on attend aussi de cet accompagnement, ce sont les échanges avec les startups. Le fait d’être à Station F, en immersion avec d’autres entrepreneurs qui se concentrent sur les mêmes thématiques, le même univers, c’est une chance pour nous de partager et recevoir.”

Stéphane Brault-Scaillet, co-fondateur